jeudi 8 janvier 2015

7 Janvier 2015, un bien triste jour

Je ne pensais pas le faire, voulant éviter toute polémique (oui, parce que je suis une pro pour trouver LA polémique et ensuite le regretter, je suis souvent d'accord avec personne en vrai, et là je vais me faire des ennemi-e-s de tous les cotés), et puis en me réveillant ce matin du 8 janvier, je me suis dit que ça me ferait du bien.
J'ai besoin d'évacuer.

Les choses ne sont ni toutes noires ni toutes blanches, il y a une infinité de niveaux de gris, du plus clair au plus sombre, et certain-e-s camarades devraient apprendre à penser de manière un peu moins binaire...

Ce matin du 8 janvier 2015 je me sens triste, sincèrement.
Ce qui s'est passé hier était juste ignoble, qu'on se le dise.
Je vois certaines personnes dire presque que "c'est bien fait" ou "on ne joue pas avec le feu".

Mais sérieusement?

Je dessine moi aussi.
Et si demain je fais un dessin qui plait pas, je peux être assassinée froidement? C'est pas grave?
Alors oui, certes, les médias parlent beaucoup plus de ça, que de la mort d'autres gens tous les jours dans d'autres pays.
Parce que ça se passe en France en 2015 et qu'on est nombreu-se-s à être choqué-e-s.
Je ne sais pas pour les autres, mais personnellement et celleux qui me connaissent le savent, je ne suis pas du genre à avoir l'indignation sélective.
La télé, oui, moi non.
Je me bats tous les jours avec mes petits moyens (les mots le plus souvent) pour qu'on parle des opprimé-e-s, des malheureu-se-s.
Mon coeur est de tous les combats (pour les droits des femmes, des animaux, des personnes racisées, des LGBTQI, des sans-abris et même du coté des gens ayant choisis une religion qui ne plait pas en France, oui)
Je préfère quand on se moque des gens de pouvoir, des dominants.

Je ne lisais plus Charlie depuis un bail, parce que je trouvais certains de leurs dessins franchement dégueulasses.
Envers les femmes, les putes, les musulmans, les gays.
Ils ne savaient plus doser ce qui était fin et ce qui allait faire rire tonton raciste au PMU.
Je ne pense pas qu'ils étaient eux-même racistes, juste qu'ils s'autocongratulaient quand ils se plantaient et que du coup, difficile de supporter la critique ensuite.
Qu'ils étaient rentrés dans une phase de qui sera le plus provoquant, sans se rendre compte, peut-être qu'ils tapaient sur des minorités déjà opprimées.

Un article qui parle de ce qu'était devenu Charlie Hebdo.
Un article qui parle de l'humour.

Et je vois sur facebook des militants qui disent "oui, mais et les autres morts atroces? Indignation sélective!"
Et je vois des ami-e-s dessineux qui pleurent.
Et je suis au milieu de ça.

Aujourd'hui je me sens profondément concernée.
Je ne pense pas de manière binaire.
Je crois qu'il faut taper sur les dominants et non sur les opprimés.
Je crois aussi que personne ne mérite de mourir de cette manière pour des dessins, même quand ils craignent.
Quand on est soi-même dans le dessin, bein oui, ça fait mal, mais certain-e-s militants ne s'en rendent sans doute pas compte.
Même quand on aime pas ou plus Charlie.

J'ai rencontré Charb 2 fois, j'ai deux dédicaces de lui, c'était avant qu'il ne parte dans la surenchère sur l'islam.




Je n'arrête pas, malgré moi, de m'imaginer la scène.
Et cette scène me blesse et me choque profondément.
Pour moi qui dessine et critique.
Pour eux.
Pour leur proches.
Je pense aussi aux gens qui étaient sur place mais qui ne dessinaient pas, alors que la presse n'a même pas mentionnée leurs noms.
Même à ce flic j'y pense, même lui qui était flic ne méritait pas ça.
Il était musulman, mais pas intégriste.
Et je pense à tous ces musulmans et à toutes ces musulmanes de France qui vont se prendre un retour de bâton alors que clairement ielles le disent, l'islam ce n'est pas tuer des gens.
L'extrême droite est déjà en train de reprendre l'affaire à son compte.
Des lieux de cultes musulmans commencent à être attaqués au moment où j'écris cet article, alors que les corps sont encore fumants.
Et j'ai mal.
Parce que je suis altruiste.

Personne n'est tout noir ou tout blanc.
Un article de Mawy qui a à peu près le même ressenti que moi.
Un autre article qui me parle.

Je ne suis pas Charlie, mais j'adresse un soutien sans faille à tous les gens que ça a touché de près ou de loin.

Je crois qu'il faut soutenir les familles.
Et les musulmans de France.
Je crois qu'il faut continuer d'être aux cotés des opprimé-e-s.
Je crois qu'il faut continuer de dessiner, que ça soit contre les extrémismes religieux ou politiques (je parle de l'extrême droite).
Et je crois qu'il n'est pas temps de se taper sur la gueule, vraiment, mais de transformer ça en positif.
J'ai peur pour 2015, vraiment.














3 commentaires:

  1. Bravo pour ce texte, tu as bien résumé le malaise que je ressens depuis hier.

    RépondreSupprimer
  2. "Je préfère quand on se moque des gens de pouvoir, des dominants." Très bien exprimé le malaise que j'ai depuis quelques jours. Mille regrets pour les victimes. Mais mille autres pour la communauté musulmane, surreprésentée chez les petits, les pauvres et qui sont aujourd'hui terrorisés au moins autant que les journalistes critiques et les juifs.
    C'est bien de crier à l'attentat contre la liberté d'expression, mais faut voir aussi ce qu'on en a fait depuis 15-20 ans. Beaucoup trop de discours discriminant, de mépris pour les petits, les pauvres, les smicards, les jeunes, les immigrés...
    Il faut qu'on apprenne à se respecter, à utiliser notre liberté d'expression pour diffuser de l'amour et dénoncer ce qui nous divise. Toute cette violence invisible des riches, que bien peu de gens prennent le temps d'analyser et de considérer. Trois fanatiques qui tirent sur tout ce qui bouge, c'est plus spectaculaire que ces 1% qui plombent la planète entière...
    Merci à ce blog et bon courage à vous tous. Restez ouverts les uns aux autres. N'ayez pas peur des idées, ni celles des autres, ni les votres. Discutez à coeur ouvert !

    RépondreSupprimer