lundi 13 avril 2015

Projet Crocodiles, Polémique...

Ce matin j'ai vu tourner CET ARTICLE.
Je n'ai pas lue toute la polémique, mais en voyant le dessin j'ai compris de suite et je me suis dit (avant même de lire l'article) "OUPS il a déconné..."
Puis j'ai lu l'article, ça m'a suffit.
Il est écrit par une personne concernée.
Je connais un peu Thomas Mathieu, je connais un peu le milieu de la bd, je connais un peu le milieu féministe et j'aimerai donner mon avis sur tout ça.

Je suis féministe.
Plutôt à tendance intersectionnelle (tiens marrant, google ne connait pas ce mot, y'a vraiment du boulot.)
Je considère que la parole des concerné-e-s est essentielle.
Je considère que les alliés c'est super, qu'ils ne doivent pas prendre la place des concerné-e-s, mais que c'est pas forcément évident de se déconstruire.

Je voudrais rétablir quelques vérités.

J'ai lu "il se fait du fric sur le dos des victimes du sexisme, c'est intolérable!"
Non. Il se fait du fric sur le dos de personne, déjà parce que l'illustration, la bd, ça paye très peu voir pas du tout (c'est pour ça que je ne me lance pas, entre autre).
Il a effectivement sortie une bd du Projet Crocodile.
MAIS il a demandé à toutes les personnes lui ayant envoyées des histoires si on était d'accord.
Il nous a aussi envoyé le bouquin pour nous remercier.
Il me semble que notre parole est importante du coup.

J'ai lu "il vole la parole des victimes!"
Non. On est consentantes pour lui envoyer nos histoires, il les pioche pas à droite à gauche sur le net.
Ensuite, c'est génial quand on ne sait pas dessiner, ou que l'on veut rester anonyme, de raconter nos histoire avec la main de quelqu'un d'autre.
Thomas Mathieu est un allié, une main qui dessine, pour nous aider à retranscrire.

"Il est plus écouté parce que mec blanc cishet!"
Je sais pas, c'est possible, mais quelque part le responsable là, c'est le patriarcat, pas Thomas Mathieu directement.
Perso j'avais fait une note sur le harcèlement de rue sur mon ancien blog, et j'avais eu énormément de visites et de partages ce jour là. Je la remettrai ici bientôt d'ailleurs pour celleux que ça intéresse.

"Il a utilisé le mauvais logo, ça prête à confusion, ça donne l'impression qu'il est transphobe."
Oui, c'est vrai, il a déconné.
D'ailleurs il le sait, et il s'est excusé direct.
Je ne dirai pas que ce n'est pas transphobe en fait, je ne suis pas trans, et je comprends très bien que ce dessin ait gêné, il me gêne aussi.

On fait tou-te-s des erreurs.
Si on tombe comme ça sur les gens de bonne volonté à un moment, on va rester à 5 dans nos luttes, et j'ose espérer que ce n'est pas le but...
(voir ma note sur le bashing)

D'ailleurs en parlant de ça.
C'est vrai que pour nous qui sommes habitué-e-s à un certain vocabulaire militant, c'est assez simple (et encore, perso je suis militante féministe depuis un bail, et concernée depuis ma naissance, mais parfois je dois aller vérifier certains termes quand même!)
Mais pour un allié en pleine déconstruction ce n'est pas évident de tout suivre, il faut être honnête.
Si j'explique à certain-e-s collègues comme ça de but en blanc pourquoi certains de leurs termes sont problématiques ça ne passera pas, ça fait trop d'un coup, il faut parfois y aller molo.
(Si je leur parle de "cishet", de "déconstruction" et de "dogpillig" au détour d'une conversation ils vont juste me regarder avec des yeux ronds).
J'ai parfois l'impression d'un immense gouffre entre le monde réel et le monde du militantisme internet...
Il faut se mettre un minimum au niveau des gens, militants et encore plus non militants, sinon on s'en sortira jamais.
Car sinon le milieu militant paraît super élitiste et perso moi ça me fait chier.
Le militantisme s'il paraît élitiste ne mène nul part.
C'est malheureux mais les gens vont plus vers des choses simplistes (coucou Soral!)

Il est urgent que le féminisme devienne une évidence, et pas juste un truc élitiste de militants de l'internet..
Et ça vaut aussi pour les autres luttes je pense.
Je ne dis absolument pas qu'il ne faut jamais s'énerver hein, parfois la colère est légitime et je sais à quel point on peut être fatigué-e par les sexisme, le racisme, la transphobie ambiante, mais des excuses sincères devraient, à mon avis suffire.

En plus on ne sait pas qui on a en face, son vécu, son mental... la personne en face peut être neuroatypique et lui sauter à la gorge c'est dangereux pour elle.
Même moi parfois je n'ose pas intervenir, parce que je suis hyperémotive et angoissée et que je supporte mal le conflit, et que me faire engueuler, même par internet, me mettra dans un état d'angoisse très fort.
(Même là je stress des réactions que peuvent entraîner ce billet... Mais j'avais besoin d'exprimer mon ressenti)

Et puis entre nous, regarder la paille dans l'oeil de certains et jamais la poutre dans l'oeil des autres parce qu'ils sont nos amis militants proches hum bon... (note à ce sujet).

J'espère ne blesser personne avec ce billet, et je m'excuse d'avance si c'est le cas, parce que moi non plus je ne suis pas parfaite loin de là.

Je reviendrais peut-être dessus si je me rends compte que j'ai oubliées certaines choses.
Et désolée, pas de dessin, je saurai pas trop quoi mettre, là.


3 commentaires:

  1. Un petit résumé de ma réaction en te lisant :

    <3 <3 <3 [en rajouter tout plein] <3

    RépondreSupprimer
  2. Yes! Merci pour cet article ! Je partage de ce pas et je suis bien d'accord avec toi. Et la paille et la poutre c'est tellement l'image que j'ai de tout ça ! Bien joué ! Bisous.
    Ruth.

    RépondreSupprimer
  3. De la part d'un sympathisant (mec blanc cishet s'il est besoin de préciser) lointain rebuté par ce vocabulaire obscur et surtout ce risque de bashing, merci pour ce post.
    Ça manque d'accessibilité tout ça, ce serait bien que ça change.

    RépondreSupprimer